Allaitement PART I

mars 4, 2018
Daniela Martins

J’ai voulu écrire cet article sur l’allaitement en espérant aider certaines Mamans allaitantes/futures allaitantes mais aussi parce que beaucoup d’entre vous me l’ont demandé. Non, selon moi l’allaitement n’est pas la chose la plus simple et naturelle à mettre en place.
Je connais malheureusement plusieurs femmes qui ont “échoué” lors de la mise en place de leur allaitement, par manque de renseignements et/ou de soutien. Je vais essayer de partager avec vous un maximum d’informations qui ont marché pour nous. Pour cela commençons par le commencement :)

Avant de tomber enceinte

Je ne voulais pas allaiter. J’étais catégorique. Sans doute parce que je croyais à tous ces gens qui me disaient que l’allaitement abimait la poitrine. Ma sage femme spécialisée en lactation me l’a confirmé, si un évènement peut éventuellement abimer la poitrine, c’est la grossesse.

Pendant le grossesse

Avant ma grossesse je faisais beaucoup de sport (5/6 fois par semaine) et j’avais commencé à changer mon alimentation. Je commençais (enfin) à m’intéresser aux fruits & légumes, aux produits bio,.. bref à vouloir, et donner, le meilleur pour mon corps. Même si j’ai beaucoup diminué mes entraînements durant la grossesse, j’ai continué d’être active (je suis allée “courir” 2 jours avant l’accouchement) et pareil pour mon alimentation (je n’avais pris “que” 12/13 kilos).

J’avais donc pris un rythme et un style de vie plutôt sain… et c’est là que la question ALLAITEMENT nous est apparu. Et pourquoi ne pas donner le plus sain à mon enfant aussi ? Chéri m’a un jour lancé un : “Tu veux pas essayer au moins ?” Cette question a fait écho dans ma tête et moi (de nature têtue à la base) j’ai répondu : “OK, j’essayerai, mais si ça ne me plait pas, j’arrêterai de suite.” La machine était lancée… Je ne fais pas toujours les choses bien, mais quand je décide de faire qqch, j’y met toute mon âme, tout mon cœur. Je me suis donc dirigée vers la PMI, pour demander conseil sur l’allaitement, j’y connaissais rien, dans ma famille personne n’avait allaité.

BINGO, ils m’ont proposé de suivre un cour d’allaitement à domicile avec une sage femme spécialisé en lactation. Vous allez voir plus tard, le rôle indispensable que cette femme a joué dans notre allaitement… J’ai donc suivi tous les cours de manière assidue (je prenais même des notes lol). Si seulement j’avais été aussi assidue à l’école hahaha 

JJ

Suite à un accouchement éprouvant, ma fille a passé 2 jours et 3 nuits en service de NéonatologieE. m’a été “arraché des bras (mince j’ai les larmes à l’œil rien que d’en parler) donc nous n’avons pas eu de “tété de bienvenu”. Je suis allée voir ma fille 2h après. Elle dormait tel un ange. J’étais très fatiguée de cet accouchement, de toutes ces larmes, de toutes ces angoisses, on m’a vite remonté dans ma chambre. Avant de remonter j’ai demandé aux infirmières (mon dieu, elles ont été si adorables avec E. et moi !!) d’appeler dans ma chambre lorsqu’elle réclamerait la tété, “je descendrai de suite” leur ai-je dis. ”D’accord Madame, ce sera fait. Allez vous reposer.” Je suis partie dormir, le cœur bien serrée de devoir partir, en laissant ma fille. Il était 2h du matin.

1ère Tété

7H: Bizarre, j’ai dormi 5h, mais personne ne m’a réveillé pour allaiter ma fille. Son père arrive dans la chambre, on descend de suite voir la petite. Elle était réveillée avec ses grands-yeux qui dévorait le monde. L’infirmière en néonatalogie me propose enfin de la prendre dans mes bras, de lui proposer une tété. Je me souviens, je stressais un peu. Pourtant j’avais suivi tous mes cours avec assiduité… Mais là on était dans la vie réelle et je vous jure, c’est autre chose !! Je n’avais pas encore la fameuse montée de lait, normal, j’avais l’impression qu’elle tétait dans le vide, c’est limite frustrant parce que bébé s’énerve. La journée et la nuit qui ont suivies, les sages femmes m’appelaient à chaque fois que E. montrait des signes de faim. Et là les problèmes ont commencé… Le temps que les infirmières repèrent ces signaux, puis qu’elles m’appellent, que je descende, E. était affamée et trop nerveuse pour prendre le sein correctement. Les infirmières alors mettaient tout en œuvre pour m’aider, je transpirais, je stressais, E. aussi,…

To Be Continued…

J’ai voulu écrire cet article en 2 fois parce qu’il y a pleins de choses à dire finalement, et surtout je finirai par répondre aux questions qui me sont souvent envoyés ;)

Enjoy,

Daniela M.


  1. Nebiboo dit :

    Ah La La les récits d’accouchement c’est quelque chose surtout quand ça été dur et éprouvant

  2. Hayat dit :

    Bravo à toi. T as pas lâché l affaire. Bb1 aussi etait en néo nat et j arrivais pas à la faire teter + la pression du personnel qui me poussait au bib + la montee de lait qui ne venait tjr pas. Bref 3 jours après jai cedé pr passer definitivement au bib

Laisser un commentaire

loading..